Énergie, climat et environnement
Jeudi, 27 Novembre, 2014

Analyse | Cette étude se penche sur la reconfiguration récente sur le marché russe des exportations de gaz. Avec la libéralisation des exportations de GNL mis en place fin 2013 et les contrats signés avec les importateurs chinois en mai 2014, les positions de Gazprom, qui avaient longtemps été en position de monopole dans le domaine, ont été sérieusement contestées. Les principaux concurrents de Gazprom semblent être deux fournisseurs gaziers majeurs et indépendants de la Russie – Rosneft et Novatek – qui ont non seulement obtenu l'accès à des clients étrangers mais aussi renforcé leurs positions sur le marché intérieur. En se concentrant sur les stratégies des acteurs clés du marché ainsi que sur (...)




Vendredi, 21 Novembre, 2014

Tribune 49 | Le débat énergétique européen, souvent émotionnel, parfois irrationnel, a généré des réactions excessives. On a ainsi assisté à une sorte de division entre les pays qui prenaient le chemin des énergies renouvelables et/ou de la sortie du nucléaire (Green approach), et ceux qui cherchaient à élaborer un mix plus équilibré entre les énergies thermique, nucléaire, hydraulique et renouvelables.

Une pareille division dans les choix énergétiques ne se rencontre pas à la même échelle en dehors de l'Union européenne (UE). La question qui se pose à des pays comme l'Allemagne qui ont fortement investi et, dans une certaine mesure, continuent d’investir dans l'énergie « verte », sera de décider (...)




Jeudi, 20 Novembre, 2014

Opinion | Par Jean-Pierre SCHAEKEN WILLEMAERS, Président du Pôle Energie, Climat et Environnement de l’Institut Thomas More | Publié dans L’Echo (Belgique), le jeudi 20 novembre 2014

Le débat sur l’énergie électrique en Europe, de plus en plus émotionnel, a engendré des réactions et postures excessives. Une division idéologique est, ainsi, apparue entre les États membres de l’UE, les uns visant un recours toujours accru aux énergies renouvelables (actuellement, essentiellement, intermittentes, c’est-à-dire fonctionnant une vingtaine de pourcents du temps, voire une trentaine à pleine capacité équivalente, selon qu’il s’agit d’éoliennes onshore ou offshore) et la sortie progressive du (...)




Mercredi, 12 Novembre, 2014

Rencontre de l'Institut Thomas More | Jeudi 13 novembre 2014, 8h30-10h | Maison du Danemark, Paris

 

En partenriat avec

La formation et la gestion du capital humain constituent aujourd’hui l'un des défis majeurs pour l’Afrique. De fait, l’inadéquation de l’offre de formation à la demande de compétences est souvent identifiée comme l’un des principaux freins à l’entrée de la jeunesse africaine sur le marché du travail.

Pourtant les choses changent vite sur le continent africain. Avec la révolution de la croissance verte, de nouveaux besoins apparaissent, de nouveaux acteurs se structurent, de nouvelles opportunités se créent. L’investissement dans les ressources (...)




Mercredi, 15 Octobre, 2014

Tribune 47 | De 1980 jusqu’à 2012, l’économie chinoise a cru à un rythme d’environ 9% par an – trois fois plus que la moyenne mondiale sur la même époque. Cette performance économique a permis de sortir un tiers de la population chinoise de la pauvreté et a permis l’entrée d’un autre tiers de la population dans la catégorie des classes moyennes (ce qui correspond en Chine à un revenu annuel minimal de 11000 euros par personne). Ce succès économique a cependant un coût social, politique et écologique. Coût social d’abord puisque le décollage économique fulgurant de la Chine est allé de pair avec une croissance importante des inégalités entre riches et pauvres et entre villes et campagnes. Coût (...)




1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14