Énergie, climat et environnement
Mercredi, 30 Juillet, 2014

Tribune 42 | Le conflit géopolitique autour de l’Ukraine, les risques et menaces sur les exportations de gaz russe à destination de l’Europe et la récente signature d’un contrat gazier sino-russe (Shanghaï, le 20 mai 2014) appellent l’attention sur les relations énergétiques entre l’UE et la Russie. Si les autorités européennes ont cherché à dépolitiser la question, les dirigeants russes font toujours prévaloir une approche stratégique et géopolitique. Dans ce jeu d’interdépendances, l’UE et ses États membres disposent de réelles marges de manœuvre, pour autant qu’ils conduisent une politique cohérente et volontaire | Par Jean-Sylvestre MONGRENIER, chercheur associé à l’Institut Thomas More

(...)




Lundi, 7 Juillet, 2014

Séminaire de l'Institut Thomas MoreMardi 8 juillet 2014, 15h30-17h | Paris

Si de nombreuses questions restent posées sur l’état réel des réserves, les moyens techniques de son exploitation, sur son insertion dans les réseaux de transport, etc., la découverte d'un gisement de gaz dans les eaux territoriales chypriotes en 2011, constitue un élément neuf et potentiellement majeur dans le paysage énergétique de la Méditerranée orientale et, par voie de conséquence, pour l’EuropeIl provoque aussi, par contrecoup, un véritable « grand jeu » régional impliquant notamment la Turquie (du fait de son occupation du nord de Chypre), Israël et le Liban (dont les gisements de gaz offshore jouxtent ceux de Chypre). (...)




Jeudi, 26 Juin, 2014

Opinion | Par Jean-Pierre SCHAEKEN WILLEMAERS, Président du pôle Energie, Climat, Environnement de l’Institut Thomas More | Publié dans L’Écho (Belgique), 26 juin 2014

Il existe actuellement, en Belgique, deux mécanismes de soutien accordé à l’énergie éolienne offshore (en mer). Celui qui concerne les trois premières concessions domaniales : C-Power, Belwind et Northwind, pour lesquelles la clôture financière (financial close) est antérieure à la date de l’arrêté royal du 4 avril 2014, et celui qui concerne les quatre concessions restantes qui bénéficient d’un mécanisme flexible de soutien ayant comme seul élément variable le prix de l’électricité, sous réserve de révisions éventuelles (...)




Lundi, 23 Juin, 2014

Rencontre de l'Institut Thomas More | Lundi 23 juin 2014, 19h | ASIEM, Paris

 

En partenariat avec

Croissance démographique, intensification des activités industrielles, extension de l’irrigation agricole, nos besoins en eau ne cessent de s’accroître, avec la crainte grandissante d’en manquer un jour. Dans le même temps, aujourd’hui, près de 4 milliards de personnes n’ont toujours pas un accès satisfaisant à l’eau potable, alors que nombre d’entre elles habitent dans des régions qui regorgent souvent de ressources en eau.

Si la ressource est là, renouvelable, réutilisable, comment se fait-il qu’elle reste encore inaccessible à la moitié de l’humanité ? Quels (...)




Jeudi, 29 Mai, 2014

Tribune 41 |  Par Jean-Pierre SCHAEKEN WILLEMAERS, Président du pôle Energie, Climat, Environnement de l'Institut Thomas More | Disponible en anglais

Three main events, within the last decade, have been affecting the gas business in the Balkans. At first, President Putin’s geopolitical strategy. One of President Putin’s principal objectives is to restore some of Russia’s former global power status. Ukraine is central to this strategy. Russian’s violation of Ukrainian sovereignty in Crimea could be the first step in an attempt to control the entire country and, at the same time, a test to NATO’s effectiveness. However, it is not just a matter of expanding its turf, but the Crimea annexation has also economic (...)




1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13