Énergie, climat et environnement
Lundi, 27 Juin, 2016

Points clés 15 | Alors que l’Europe demeure dépendante du gaz russe, Ségolène Royal, ministre français de l’Environnement prétend interdire l’importation de gaz de schiste américain. Pourtant, ces importations auront un effet positif sur la diversification des approvisionnements en gaz de l’Europe et contribueront à sa sécurité énergétique. Explications…  | Par Jean-Sylvestre MONGRENIER, Chercheur associé à l’Institut Thomas More

Sous la présidence de Nicolas Sarkozy (2007-2012), les autorités françaises ont interdit l’exploitation du gaz de schiste et banni toute recherche sur une source d’énergie qui, déjà, bouleversait le marché mondial des hydrocarbures. D’aucuns y ont vu une grave (...)




Mardi, 3 Mai, 2016

Opinion | Pourquoi s'acharner à augmenter les charges sur la production d'électricité alors qu'un bas prix de l'électricité est essentiel à la compétitivité de l'économie et est bénéfique au pouvoir d'achat des ménages ? | Par Jean-Pierre SCHAEKEN WILLEMAERS, président du pôle Energie, Climat & Environnement de l’Institut Thomas More | Publié dans L’Echo, mardi 3 mai 2016

Alors que l’Union Européenne ne contribue qu’à hauteur d’une petite dizaine de pourcents aux émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), principalement du CO2, dues à la combustion de combustibles fossiles et aux processus industriels (ces deux sources d’émissions représentant 78% de l’augmentation totale de GES de 1970 (...)




Mardi, 29 Mars, 2016

Analyse | Au cours d’une conférence qui s’est tenue à l’Académie royale de Belgique (Bruxelles) le jeudi 10 mars 2016, Jean-Pierre SCHAEKEN WILLEMAERS, président du Pôle énergie, climat, environnement de l’Institut Thomas More, s’est interrogé sur la pertinence, en particulier économique et sociale, d’une politique de production d’électricité entièrement renouvelable dans l’Union Européenne d’ici à 2050, et a proposé une voie plus réaliste pour faire face au défi énergétique de demain

La conférence est un questionnement sur la faisabilité, en particulier économique et sociale, d’une politique bas carbone de production d’électricité qui, bien entendu implique un reformatage du système (...)




Dimanche, 27 Mars, 2016

Opinion | Trop chers, pas assez sécurisés, dénoncés par les riverains : l'éolien et le photovoltaïque, comme première source d'énergie, coulent l'économie et alourdissent au final le bilan carbone | Interview de Jean-Pierre SCHAEKEN WILLEMAERS, président du pôle Energie, Climat & Environnement de l’Institut Thomas More | Atlantico, dimanche 27 mars 2016

 

| La transition au tout électrique en 2050, comme le désire Greenpeace, est-elle possible?

Il est impossible d’atteindre cet objectif, à cet horizon, tant pour des raisons économiques que sociales. Une telle politique ne pourrait, en effet, pas assurer la sécurité d’approvisionnement électrique à des prix compétitifs. Elle nécessiterait des (...)




Jeudi, 18 Février, 2016

Podcast | Vidéo du séminaire de l'Institut Thomas More du 21 janvier 2016, Paris

S’il est encore trop tôt pour juger du succès ou non de l’accord sur le nucléaire iranien de juillet dernier, la crise qui a opposé Téhéran et la communauté internationale a mis en lumière la sensibilité des questions liées à l’approvisionnement et au contrôle du combustible nucléaire – cette question constituant l’un des angles morts du TNP de 1968.

Pour mieux préparer l’avenir, il convient donc de rechercher des solutions innovantes et transparentes offrant une meilleure maîtrise des combustibles dont ont besoin les acteurs désireux de développer une capacité nucléaire civile. Le Kazakhstan, qui a subi les (...)




1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16