Énergie, climat et environnement
Mercredi, 5 Février, 2014

Analyse | Par Jean-Pierre SCHAEKEN WILLEMAERS, Président du pôle Energie, Climat, Environnement de l’Institut Thomas More | Disponible en Anglais

The oil crisis of the 70s and the meltdown in Chernobyl lead, in Germany, to the energy transformation (Energiewende) policy whose implementation has been accelerated after the 2011 tsunami in Japan. The German Renewable Energy Act (Erneubare Energien Gesetz, EEG) which came into force in 2000, was designed, inter alia, to promote renewable energy. The law guarantees to the owners of solar and wind installations a fixed price for the electricity produced, far above the market price, whose financing is paid by the end users with some exemptions. It was the initial spark of a rapid (...)




Mardi, 14 Janvier, 2014

Opinion | Par Jean-Pierre SCHAEKEN WILLEMAERS, Président du pôle Energie, Climat, Environnement de l’Institut Thomas More | Publié dans L’Écho (Belgique) du mardi 14 janvier 2014

Voilà plus d’une décennie que l’Union Européenne s’est lancée dans la lutte contre le changement climatique dont la réduction de l’empreinte carbone d’origine anthropique est une composante fondamentale. Cette politique passe par une augmentation de l’efficacité énergétique et par le développement des énergies renouvelables. En ce qui concerne le transport routier, l’Union Européenne s’est fixé l’objectif d’atteindre, d’ici à 2020, une part d’énergie renouvelable de 10%.

C’est dans ce contexte (...)




Lundi, 16 Décembre, 2013

Tribune 38 | Depuis plus de dix ans, l'Union européenne poursuit un programme de réduction de l'empreinte carbone d'origine anthropique. Cette politique implique une utilisation plus efficace des ressources énergétiques et le développement des énergies renouvelables. En ce qui concerne le transport routier, l'Union européenne s'est fixé pour objectif 10% d'énergies renouvelables d'ici 2020. Dans ce contexte, des filières de carburants de substitution et de véhicules propres ont émergé, mais non sans difficulté. La question reste néanmoins posée : quelles alternatives pourraient répondre à un tel défi et quand ? Par Jean-Pierre SCHAEKEN WILLEMAERS, Président du pôle Energie, Climat, Environnement de Institut (...)




Mardi, 3 Décembre, 2013

Opinion | Par Jean-Pierre SCHAEKEN WILLEMAERS, Président du pôle Energie, Climat, Environnement de l’Institut Thomas More | Publié dans L’Écho (Belgique) du mardi 3 décembre 2013

Selon l’Agence Internationale de l’Energie, la demande mondiale en énergie va continuer à augmenter de plus de 33% d’ici à 2035, et les combustibles fossiles resteront les sources principales d’énergie, du moins durant cette période. D’autre part, l’augmentation constante de la facture d’électricité, largement due à la politique de dé-carbonisation pratiquée par la plupart des pays européens (qui se traduit, dans le secteur électrique, par la croissance de la production éolienne et photovoltaïque), porte préjudice à (...)




Mercredi, 30 Octobre, 2013

Tribune 37 | Que cela plaise ou non, la demande d'énergie ira croissante dans les décennies à venir (plus 33% d'ici 2035, selon l'AIE), et les combustibles fossiles en resteront les principales sources, au moins pendant cette période de temps. Devant de tels besoins, le monde peut-il se passer du nucléaire ? Par Jean-Pierre SCHAEKEN WILLEMAERS, Président du pôle Energie, Climat, Environnement de Institut Thomas More | Disponible en anglais

Les décisions hâtives de certains gouvernements européens visant à arrêter complètement ou à réduire partiellement leur production nucléaire, après la catastrophe de Fukushima, ont été prises sous une pression inconsidérée de l’émotion. Comme l’écrit un expert : « (...)




1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14