Sécurité et défense européenne
Mercredi, 30 Avril, 2014

Opinion | Pour Jean-Sylvestre MONGRENIER, chercheur associé à l'Institut Thomas More, la mise en place de nouvelles sanctions contre la Russie ne suffira pas. Pour reprendre l'initiative, les Occidentaux doivent réviser leurs représentations géopolitiques et soutenir l'Etat ukrainien | Publié sur FigaroVox, le 30 avril 2014

Les appels au « dialogue » et à la « désescalade » ne suffisant pas à arrêter le Kremlin, tout au démantèlement de la souveraineté ukrainienne, les Etats du G-7 et l'Union européenne ont décidé de nouvelles sanctions. Au vrai, les gouvernements occidentaux peinent à reprendre l'initiative. Représentations et enjeux politiques doivent être révisés et explicités.

L'option militaire (...)




Mardi, 22 Avril, 2014

Opinion | Françoise THOM, Maître de conférences d'histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne et membre du Conseil d’orientation de l’Institut Thomas More, décortique le plan du président russe pour étendre ses frontières. Et mener à bien le projet de l’Union eurasienne. Elle estime que l’Ukraine est au cœur de ce projet, et que Poutine ne lâchera rien face aux Occidentaux | Publié sur Euractiv.fr, le 22 avril 2014

L’Anschluss foudroyant de la Crimée suivi par le démembrement furtif de l’État ukrainien pose aux Occidentaux une question fondamentale : dans quelle mesure la politique russe actuelle est-elle une improvisation, dans quelle mesure est-elle l’indication de l’existence d’un (...)




Vendredi, 18 Avril, 2014

Analyse | Le conflit Est-Ouest autour de l’Ukraine remet en cause l’idée de la Russie comme étant le partenaire naturel de l’Occident. Le modèle économiciste-utilitariste et les représentations occidentales qu’il sous-tend doivent aussi être révisés. Irréductible au seul jeu des « intérêts », la politique n’est pas de l’économie concentrée. Il faut donc revenir à l’essence du politique et à ce qui définit en propre cette activité humaine : le conflit, la possible montée aux extrêmes, la décision souveraine. Par voie de conséquence, il appartient aux instances adéquates de faire prévaloir le bien commun sur les seuls intérêts économiques | Texte de l’intervention prononcée par (...)




Lundi, 14 Avril, 2014

Rencontre de l'Institut Thomas More | Mardi 15 avril 2014, 8h30-10h | Restaurant Le Procope, Paris

Quelques semaines après le début de la crise ukrainienne, l’issue de ce grave conflit géopolitique demeure incertaine. La Crimée est passée sous le contrôle militaire de la Russie, au mépris des engagements internationaux de Moscou. Un référendum a été précipitamment organisé et ce morceau d’Ukraine a été rattaché à Moscou. Confrontés à ce fait accompli, les Occidentaux ont pris des sanctions, encore limitées, mais la porte des négociations est maintenue ouverte.

Pourtant, a-t-on pleinement conscience des contrecoups de cette politique de force sur l’ordre international public européen et la sécurité (...)




Mercredi, 9 Avril, 2014

Analyse | L’affaire de Crimée et la crise internationale autour de l’Ukraine sont les révélateurs du conflit géopolitique qui, depuis les années 2000, se noue entre la Russie et l’Occident. Ce conflit met en évidence le revanchisme, le révisionnisme et le réunionisme de la politique conduite par le Kremlin sur les confins orientaux de l’Union Européenne (UE). Ainsi le Partenariat oriental de l’UE prend-il tout son sens. Il doit être le point de départ d’une active politique d’engagement dans l’Est européen et le Sud-Caucase | Texte de l’intervention prononcée par Jean-Sylvestre MONGRENIER, Chercheur associé à l’Institut Thomas More lors de la conférence « Les perspectives du Partenariat oriental (...)




1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19