Sécurité et défense européenne
Mardi, 9 Avril, 2013

Analyse | L’OTAN est bien plus qu’une simple alliance défensive. Conçue comme une communauté de sécurité, elle est aussi l’expression géopolitique d’un certain Occident. L’OTAN s’inscrit dans des rapports de force globaux et elle est en prise avec des espaces et des problématiques d’envergure planétaire | Texte de l’intervention de Jean-Sylvestre MONGRENIER, chercheur associé à l’Institut Thomas More | 5e Festival Géopolitique & Géoéconomie | Grenoble, 7 avril 2013

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) n’est pas une alliance de type traditionnel mais une alliance wilsonienne dont la légitimité repose aussi sur les principes de la sécurité collective. Dans l’après-Guerre (...)




Vendredi, 15 Mars, 2013

Analyse | Il est une réalité dont l’intervention en cours au Mali a ravivé la prégnance : celle de la menace terroriste en France. Cette menace se nourrit du temps long et peut connaître des phénomènes d’accélération sur le temps court. Dit autrement, s’il existe depuis de nombreuses années un phénomène d’islamisation et de radicalisation de l’islam en France, il est évident que la situation sécuritaire au Sahel, l’intervention militaire au Mali et plus largement les « révolutions arabes » sont susceptibles d’accentuer cette menace en France. Alors que le schéma organisationnel des groupes terroristes est en constante évolution, de nombreuses actualités viennent accélérer cette mutation. (...)




Vendredi, 15 Mars, 2013

Analyse | Texte de l’intervention d’Antonin TISSERON, chercheur associé à l'Institut Thomas More, au séminaire « France, États-Unis | Regards croisés sur le nouveau monde arabe » organisé par l'IFRI, en partenariat avec New York University Paris, le 15 mars 2013 à Paris

À la suite de la chute du régime libyen de Kadhafi, le septentrion malien s’est embrasé avec la reprise de la rébellion par le Mouvement National de libération de l’Azawad (MNLA) en janvier 2012, dont le chef d’état-major est d’ailleurs alors un revenu de Libye, puis son éviction des principales villes du Nord-Mali par des groupes jihadistes. La menace représentée par les groupes jihadistes pour le sud du Mali et la difficile (...)




Vendredi, 1 Février, 2013

Analyse | Alors que le mois de janvier se termine, les armées françaises, maliennes et les premiers contingents africains sont engagés dans la reconquête du Nord-Mali. Sur le front diplomatique, le groupe armé Ansar Eddine fait également face à des forces centrifuges avec la création du Mouvement islamique de l’Azawad (MIA) autour d’Alghabasse Ag Intalla, issu de la tribu des Ifoghas et annonçant souhaiter privilégier une « solution pacifique ». Bien loin d’être une fin, cette offensive militaire n’est cependant que le prélude au déploiement de mesures destinées à résoudre des conflits anciens internationalisées dont la compréhension – et la résolution – implique de croiser les échelles en prenant (...)




Jeudi, 17 Janvier, 2013

Opinion | Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche intitulée « Non, la guerre ce n'est pas la France », Dominique de Villepin, ancien Premier ministre, s'interroge : "Comment le virus néoconservateur a-t-il pu gagner ainsi tous les esprits ?" | Entretien de Jean-Sylvestre MONGRENIER, chercheur associé à l’Institut Thomas More | Atlantico, 17 janvier 2013

 

François Hollande a justifié l’intervention de la France au Mali au nom de la lutte contre le terrorisme. L’intervention est approuvée par 75% des Français. En 2011, Nicolas Sarkozy avait été le premier à vouloir s’engager en Libye. Le contraste avec le discours de Dominique de Villepin contre la guerre en Irak à l’ONU le 14 février 2004 (...)




1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21