Sécurité et défense européenne
Mercredi, 25 Juin, 2014

Analyse | Le cessez-le-feu observé sur les confins orientaux de l’Ukraine ne saurait dissimuler le conflit entre la Russie et l’Occident sur les principes fondateurs de l’ordre international public européen. La formule sur « l’Europe de l’Atlantique à l’Oural » est un non-sens et le Conseil européen du 26 juin prochain doit maintenir une ligne de fermeté | Par Jean-Sylvestre MONGRENIER, chercheur associé à l’Institut Thomas More

Dans l’Est de l’Ukraine, le pouvoir russe mène une « guerre couverte » à l’encontre de Kiev. Le conflit s’est désormais élargi au gaz, avec de possibles retombées dans l’ensemble de l’Europe. Le sommet européen des 26 et 27 juin 2014 reviendra sur ces questions (...)




Mercredi, 25 Juin, 2014

Rencontre de l'Institut Thomas More | Jeudi 26 juin 2014, 18h30-20h | Bruxelles, Hôtel Renaissance

Après l’élection de Petro Porochenko, la donne est-elle en train de changer dans la crise ukrainienne ? Assiste-t-on à la désescalade entre Kiev et Moscou que les dirigeants européens appellent de leurs vœux ? Quel sens donner aux récents gestes de Vladimir Poutine ? Quelle lecture les États-Unis vont-ils en faire ? 

Mais il faut aller plus loin et s’interroger sur les contrecoups de ce grave conflit géopolitique et notamment sur ses conséquences sur la relation à long terme entre l’Union européenne et la Russie. Dialogue politique, sécurité énergétique, partenariat stratégique : comment rebâtir la (...)




Mercredi, 18 Juin, 2014

Tribune 42 | Le conflit géopolitique autour de l’Ukraine, les risques et menaces sur les exportations de gaz russe à destination de l’Europe et la récente signature d’un contrat gazier sino-russe (Shanghaï, le 20 mai 2014) appellent l’attention sur les relations énergétiques entre l’UE et la Russie. Si les autorités européennes ont cherché à dépolitiser la question, les dirigeants russes font toujours prévaloir une approche stratégique et géopolitique. Dans ce jeu d’interdépendances, l’UE et ses États membres disposent de réelles marges de manœuvre, pour autant qu’ils conduisent une politique cohérente et volontaire | Par Jean-Sylvestre MONGRENIER, chercheur associé à l’Institut Thomas More

(...)




Mercredi, 30 Avril, 2014

Opinion | Pour Jean-Sylvestre MONGRENIER, chercheur associé à l'Institut Thomas More, la mise en place de nouvelles sanctions contre la Russie ne suffira pas. Pour reprendre l'initiative, les Occidentaux doivent réviser leurs représentations géopolitiques et soutenir l'Etat ukrainien | Publié sur FigaroVox, le 30 avril 2014

Les appels au « dialogue » et à la « désescalade » ne suffisant pas à arrêter le Kremlin, tout au démantèlement de la souveraineté ukrainienne, les Etats du G-7 et l'Union européenne ont décidé de nouvelles sanctions. Au vrai, les gouvernements occidentaux peinent à reprendre l'initiative. Représentations et enjeux politiques doivent être révisés et explicités.

L'option militaire (...)




Mardi, 22 Avril, 2014

Opinion | Françoise THOM, Maître de conférences d'histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne et membre du Conseil d’orientation de l’Institut Thomas More, décortique le plan du président russe pour étendre ses frontières. Et mener à bien le projet de l’Union eurasienne. Elle estime que l’Ukraine est au cœur de ce projet, et que Poutine ne lâchera rien face aux Occidentaux | Publié sur Euractiv.fr, le 22 avril 2014

L’Anschluss foudroyant de la Crimée suivi par le démembrement furtif de l’État ukrainien pose aux Occidentaux une question fondamentale : dans quelle mesure la politique russe actuelle est-elle une improvisation, dans quelle mesure est-elle l’indication de l’existence d’un (...)