Sécurité et défense européenne
Jeudi, 6 Octobre, 2011

La présence de Nicolas Sarkozy en Géorgie, ce 7 octobre 2011, appelle l'attention sur la fragilité de la situation géopolitique régionale. Bien qu'en partie occupée par les troupes russes, cette nation est à l'avant-pointe des réformes dans l'aire post-soviétique et la consolidation de sa souveraineté recouvre  des enjeux d'envergure continentale. Par Jean-Sylvestre MONGRENIER, Chercheur associé à l’Institut Thomas More, Chercheur à l'Institut Français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).

Trois ans après la signature des accords Medvedev-Sarkozy (12 août-8 septembre 2008), le voyage du président français en Géorgie ramène l’attention sur cette « Europe ultime » où les (...)




Mercredi, 7 Septembre, 2011

Texte de l'intervention prononcée par Antonin TISSERON, chercheur associé à l’Institut Thomas More, lors du colloque « Les conséquences géopolitiques et stratégiques des révoltes arabes », organisé par le Centre marocain d'études stratégiques et la Fédération africaine des études stratégiques, le 13 juillet 2011 à Marrakech (Maroc).

Les révoltes et révolutions dans le monde arabe ont directement affecté la sécurité des Européens et pas seulement du fait de la guerre civile en Libye. Avec l’effondrement des pouvoirs anciens et la poursuite des mouvements de contestation par une rue consciente de son pouvoir, la vulnérabilité de la rive sud de la Méditerranée s’est accrue, avec des résonnances en (...)




Mercredi, 20 Juillet, 2011

Le printemps arabe (Egypte, Tunisie, Lybie, Syrie, etc.) a marqué de profonds bouleversements dans les pays du Proche et Moyen-Orient. Les peuples qui se sont soulevé contre leur gouvernement ont montré leur désir d’une rupture avec des systèmes dans lesquels les libertés individuelles n’étaient pas respectées. Ces bouleversements entraînent un redéfinition complète des liens avec les pays occidentaux, en particulier européens. Comment l’Europe doit-elle aider à la reconstruction politique des pays ? Quels outils a-t-elle à sa disposition ? Comment la question migratoire est-elle prise en compte ? Autant de questions que se posent les décideurs européens...

Antonin TISSERON, chercheur associé à l'Institut (...)




Mardi, 12 Juillet, 2011
Le rôle joué par la France et le Royaume-Uni dans l’opération militaire menée en Libye d’une part, les réserves dont l’Allemagne témoigne dans cette affaire d’autre part, ont mis au grand jour les différences de posture stratégique entre Paris, Londres et Berlin. Une nouvelle « entente cordiale » semble prendre le pas sur le traditionnel « couple franco-allemand » et la perspective d’un triumvirat Paris-Londres-Berlin à la tête de l’« Europe de Lisbonne » s’éloigne plus encore. Cela dit, il s’agit moins de rivalités de puissance, selon des logiques westphaliennes, que de la définition de nouveaux équilibres géopolitiques au sein de la « communauté euro-atlantique » et dans la région (...)



Vendredi, 1 Juillet, 2011

Alors que les récentes opérations ont rappelé les limites des outils militaires des États européens, la Pologne prend la présidence tournante de l’Union européenne le 1er juillet. Or étant donné les ambitions polonaises dans le domaine de la défense, les mois qui vont suivre peuvent constituer une opportunité pour donner une nouvelle impulsion à la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC). Encore faut-il cependant que les projets polonais soient correctement décryptés. Par Antonin TISSERON, chercheur associé à l'Institut Thomas More.

 

Le 1er juillet 2011, la Pologne prend la présidence tournante de l’Union européenne. Après une présidence hongroise peu marquante, une présidence belge qui (...)




1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18